Corippo

Villages

"Corippo est le plus doux village de la Vallée de Verzasca. Une cascade triangulaire de maisons grises et de toits noirs adossés à l’église, qui provoqie un choc si on le regarde de profil". C’est ainsi que l’écrivain tessinois Piero Bianconi décrivait ce rare exemple de construction rurale authentique au sud des Alpes. Parfaitement préservé encore aujourd’hui, Corippo est un site protégé au niveau national. Son unicité est due à l’harmonie crée par la simple architecture des maisons en pierre avec les toits en dalles, toutes orientées dans la même direction et reliées par d’étroits sentiers.

PROMO

La visite


En montant la Vallée Verzasca, le village de Corippo surgit presque à l’improviste juste après avoir dépassé les maisons de Vogorno, dans les environs de San Bartolomeo. La pente sur laquelle se perche le village est si raide que, selon une légende locale, les habitants de Corippo attachaient un petit sac en toile à la queue de leurs poules pour éviter aux œufs de rouler au fond de la vallée!

Les longues et étroites terrasses, visibles devant et derrière les maisons, soutenues par des petits murs à sec, servaient de maigres potagers pour cultiver principalement le seigle et le chanvre. Les toits en dalles sont agencés sur des poutres extrêmement solides et bien conçues, qui, à l’instar des planchers, sont de préférence en châtaigner. Les pierres des murs porteurs sont très souvent larges et taillées avec précision. Les fenêtres sont petites et généralement encadrées par un trait décoratif blanc et des barreaux. Plus qu’un village, Corippo est un monument d’importance nationale et, par conséquent, protégé rigoureusement. En 1975 il fut désigné comme « modèle exemplaire » pour l’Année européenne de l’architecture par le Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS).

Pendant des siècles, les villageois furent agriculteurs et bergers de moutons, de vaches et de chèvres. À partir du 14e siècle ils pratiquèrent la transhumance, hivernant avec le bétail sur la plaine de Magadino, où abondaient les pâturages et les réserves de fourrage pour les animaux. Au Musée ethnographique de Sonogno il est possible d’observer les nombreux témoignages d’objets et d’outils ruraux utilisés pour les diverses activités des habitants de Corippo et de la Vallée de Verzasca.

La constante baisse démographique de Corippo – qui ne compte aujourd’hui plus que 12 habitants par rapport aux 294 en 1850 – est due en particulier à l’émigration, qui se révèle toutefois inévitable à cause de la pénurie de ressources agricoles. Les destinations les plus privilégiées étaient la Californie, où les tessinois trouvaient du travail dans les ranchs, et l’Australie, dans les mines d’or. Nombreux furent les jeunes et très jeunes habitants de la Vallée de Verzasca qui, à l’instar des résidents des autres vallées tessinoises, émigraient seulement pendant l’hiver, de novembre à Pâques, allant travailler comme ramoneurs en Lombardie et dans le Piémont. Une section entière du Musée ethnographique de Sonogno est dédiée à ce sujet. Le village resta difficilement accessible jusqu’à la fin du 19e siècle, lorsqu’il fut finalement doté d’une route.

PROMO


Pour compléter la journée