Église de Negrentino

Villes & Monuments

La petite église de Negrentino, à l'origine dédiée à Sant'Ambrogio Vecchio (aujourd'hui à San Carlo), est l’une des plus remarquables du Tessin. Sa position exceptionnelle, son architecture romane et sa riche décoration picturale en font une construction unique en son genre. À 850 mètres d’altitude, isolée au milieu des prés, elle surplombe une pente qui s’ouvre sur un vaste paysage. Elle témoigne du style roman tessinois et lombard, conservant intact son charme d’antan. La visite de Negrentino donne aussi l’occasion de découvrir la superbe Vallée de Blenio, surnommée la “Vallée du soleil”.

PROMO

La visite


La gracieuse petite église est accessible en quelques minutes de marche depuis Leontica, en traversant une passerelle moderne, récemment construite pour faciliter l’accès à ce monument important. Les clés pour visiter le lieu de culte sont disponibles à l’auberge du village.

L’édifice, érigé au XIe siècle et mentionné pour la première fois en 1224, est situé sur l’ancienne voie de transit du col du Nara qui relie deux vallées: Blenio et Leventina. Le clocher, détaché du corps principal, remonte probablement au XIIe siècle.

Presque toutes les parois intérieures sont riches en décorations picturales remontant à trois époques distinctes. La fresque extraordinaire située dans la contre-façade de l’abside majeure date probablement de l’église d’origine. Elle représente le Christ avec une couronne d’épines, entouré d’un jeu de cercles concentriques qui symbolisent l’univers; derrière on aperçoit les instruments de la Passion (la lance et le bâton), et aux côtés les Apôtres. Au-dessus, une grecque est interrompue par deux agneaux et un animal marin, alors qu’en-dessous on trouve un sarment. Il s’agit d’une composition très singulière, que l’on interprète soit comme une représentation de la Résurrection, soir comme l’Ascension ou le Jugement universel. Les couleurs ont des tonalités délicates; le vert d’eau, l’ocre et le rouge brique dominent. Dans son ensemble il s’agit d’une fresque remarquable dans laquelle on perçoit l’influence byzantine. La datation reste cependant incertaine (1010-1100) mais elle constitue sûrement l’une des plus anciennes du Tessin et les spécialistes la comparent à la grande peinture romane de l’Italie du nord.

La partie plus ancienne de l’église conserve des peintures murales réalisées par les Seregnesi, artistes actifs au Tessin et dans les Grisons après la moitié du XVe siècle. L’abside majeure réunit les thèmes classiques des églises médiévales: le Christ en vesica pescis, les quatre Évangélistes, les Apôtres. Dans la partie inférieure un rideau dissimule la décoration d’origine, comme le suggère la tête de dragon réapparue. Aux côtés se trouvent Saint Stéphane et Sainte Catherine. Les rois et les prophètes sont représentés sous l’arc, et l’Annonciation sous l’arc triomphal. La paroi nord est riche en peintures votives, parmi lesquelles on trouve Saint Ambroise, une Madone au trône, une seconde Madone située entre Saint Antoine et Saint Bernardin, ainsi qu’une Crucifixion.

En plus des Seregnesi, un autre atelier fécond travailla à Negrentino: vers 1510 Antonio da Tradate et ses assistants ornèrent de fresques l’abside mineure et les parois de la deuxième nef. Le fil rouge des peintures de l’abside est la narration de la Vie de la Vierge, développée autour de la fresque centrale, qui représente le Couronnement de Marie. Les arcs de division abritent l’Assomption de la Vierge, à laquelle assistent les Apôtres et les anges musiciens; les prophètes et l’abbé Saint Antoine figurent sur les sous arcs de l’église.

La contre-façade représente la scène du miracle de Parabiago: Saint Ambroise à cheval apparaît aux Milanais pendant la bataille de 1339 pour les soutenir. Sur les côtés on aperçoit Saint Gervais et Saint Protais, deux frères martyrs des premiers siècles du christianisme. Sur la paroi côté sud on trouve d’autres peintures votives.

PROMO


Pour compléter la journée