Centre historique de Locarno

Villes & Monuments

La Piazza Grande de Locarno est le cœur de la ville, avec ses arcades en style lombard qui s’enchaînent sur 700m et hébergent de nombreux commerces et restaurants. D’anciens édifices donnent sur ce salon urbain qui s’anime particulièrement en été, à l’occasion des concerts de Moon & Stars et du Festival International du Film. La Piazza Grande est le point de départ idéal pour visiter les lieux les plus significatifs du centre historique: le château Visconti, les nombreuses églises de la Vieille Ville (Città Vecchia), la promenade au bord du lac et la remarquable église San Vittore à Muralto.

PROMO

Itinéraire: Centre historique de Locarno (2h, voir la carte)


La Piazza Grande fut créé au 18e suite à l’éloignement de la rive du lac, qui, dans l’antiquité, effleurait les maisons. La chaussée, très caractéristique et réalisée avec les cailloux de la rivière, date de 1825.

La promenade commence en parcourant toute la place jusqu’au château Visconti. D’origine très ancienne, en 1342 il fut conquis par la famille milanaise Visconti. Il fut ensuite agrandi. En 1532, après la victoire des Confédérés contre les Milanais, il fut en grande partie démoli et une seule de ses cinq tours subsista. Le château abrite actuellement le musée archéologique, qui, avec sa collection remarquable de verres romains provenant des fouilles régionales, exhibe la célèbre Coppa degli uccelli, la Coupe aux oiseaux.

Au-delà du château on monte le long des escaliers qui côtoient le versant ouest du manoir et qui mènent à la Città Vecchia. Arrivés au sommet, on continue jusqu’au moment où la route s’élargit et on aperçoit l’église San Francesco sur la gauche. Placée près du couvent homonyme, elle date de 1316 selon la tradition, mais le bâtiment actuel fut construit en 1583 en utilisant les pierres de la partie du château détruite par les Confédérés. L’intérieur de l’église, récemment restauré, présente trois nefs avec de précieuses fresques. À San Francesco ont lieu les nombreux concerts de musique classique des prestigieuses Semaines Musicales de Ascona. Le couvent contigu des frères mineurs a été transformé fin 19e en établissement scolaire.

Depuis l’église San Francesco on revient vers la petite place pour emprunter la Via dell’Ospedale. En face de l’entrée de l’hôpital s’élève une grande sculpture en bronze, œuvre de l’artiste Nag Arnoldi. Continuant sur la gauche tout au long de la Via Castelrotto jusqu’au bout, en côtoyant la façade moderne de l’hôpital, on débouche sur une rue principale très fréquentée, la Via Rinaldo Simen. Il faut tourner à droite puis prendre à gauche la Via Vallemaggia.

Après quelques mètres, on prend sur la droite la Via S. Maria in Selva. À gauche une grande grille permet d’accéder à l’église homonyme, qui se trouve dans le cimetière de la ville. À l’intérieur on peut admirer les remarquables fresques de différents peintres. Les plus significatifs, considérés parmi les meilleurs exemples de style gothique international en Lombardie, ont été réalisés en 1401 par le mystérieux « Maestro di S. Maria ». Situés dans la partie centrale de la lunette orientale, ils évoquent La Vierge de la Miséricorde (en haut), le Couronnement de la Vierge et des groupes de Saints, de Martyrs et de Prophètes (dans les voiles de la voûte). Les autres fresques sont l’œuvre de Giacobino da Vitale (L’enterrement de la Vierge, 1450), de l’atelier des Seregnesi (sujets au caractère votif) et de l’atelier d’Antonio da Tradate (Présentation au Temple).

En sortant de l’église, on revient à la Via Vallemaggia et on tourne à gauche en continuant jusqu’à la Piazza S. Antonio, au centre de laquelle s’élève le monument du baron Marcacci (1856). Sur la place, on trouve l’église homonyme, en partie reconstruite au 19e siècle, et la Casa Rusca, un édifice de la noblesse du 17e siècle, actuel siège de la Pinacothèque communale.
Une fois traversée la place, en suivant l’étroite Via S. Antonio, avec ses charmantes boutiques d’antiquaires et d’artisanat, on arrive à la Piazzetta delle Corporazioni. En tournant à gauche on rejoint alors la Via Cittadella, l’artère principale de la Città Vecchia. C’est ici que se trouve l’église de Santa Maria Assunta (également connue sous le nom de Chiesa Nuova). Érigée aux environs de 1630, elle présente sur sa façade la grande sculpture en stuc évoquant Saint Christophe; à l’intérieur elle offre une des décorations baroques en stuc les plus riches du Tessin.

Poursuivant le long de la Via Cittadella, au croisement avec la Via Panigari, on descend vers la Piazza Grande. Tournant à gauche, des arcades jusqu’à la Via Ramogna, on arrive à la gare. Juste derrière, on aperçoit l’église romane San Vittore, considérée l’une des plus importantes du Tessin.

L’église San Vittore


La construction actuelle remonte à 1100, mais la tour du clocher date du 16e. Sa renommée provient des fresques qui ornent la nef centrale, et illustrent certaines scènes de la Genèse, variant de l’Expulsion du Paradis à la Malédiction de Caïn. Les peintures, visibles plus facilement avec des jumelles, sont originales pour leur choix thématique, ainsi que pour leur forme et leur couleur. Étendues sur 2 mètres de hauteur et une vingtaine de mètres de long, elles remontent à 1140-1150 et sont les plus anciennes du Tessin. Les 22 capitaux des colonnes qui soutiennent la crypte sont eux aussi de grande valeur. Non seulement ils sont décorés de motifs géométriques et végétaux, mais aussi de têtes humaines et de bêtes fantastiques qui se suivent en formant un extraordinaire échantillon de sculpture romane.

Derrière la collégiale, sur la droite, on emprunte la Via San Vittore qui descend vers le lac. À la fin du pont sur la voie ferrée, après un petit escalier on passe sous un arc, pour continuer le long du pittoresque Vicolo dei Nessi juste en face, qui mène au quai de Muralto.

PROMO

Restaurants dans les alentours


Pour compléter la journée